"Ragnagnas Cycle féminin, script poétique" #

Le période de l'adolescence

Le therme "adolescent" est apparu fin du 19ème siècle.

L'adolescence est une période charnière de la vie. C'est la mutation de l'enfance vers l'âge adulte.On perçoit souvent cette période comme une période difficile, de turbulences.

  • Transformations corporelles (puberté, croissance, hormones)
  • Changements affectifs (relations amicales et amoureuses)
  • Modifications intellectuelles (compréhension de la vie)
  • Changements psychiques (recherche identitaire, autonomie)

Cette période est aussi la fin d'un cycle parental : le deuil de l'enfant.

Les parents doivent accepter que leur enfant accède au statut d'ado et approche celui d'adulte. Pour certains parents, cela demande un réel travail sur eux.

  • la proximité affective peut être remise en cause ; les calins se feront plus rares, ou en privé
  • les principes d'éducation peuvent être bousculés
  • le sens critique sera plus éveillé
  • l'ado fera surement le tri dans ses propres valeurs, en rejettera quelques unes peut-être.

En résumé, l'adolescent assoit sa personnalité.

L'une des caractéristique de l'adolescent c'est le besoin de rites. Les parents doivent maintenir des activités familiales, des traditions pour créer des liens et favoriser le sentiment d’appartenir à un clan.

La communication est essentielle.
L’attention concentrée est une rencontre de personne à personne dans des situations qui paraissent banales (sortie au cinéma, au restaurant, promenade extérieure, trajet en voiture,etc.). Quand on est seul avec un enfant à la fois, l’échange est souvent plus enrichissant. Il est à noter qu'avec les adolescents les informations significatives viennent souvent vers la fin de l’activité, comme s’ils voulaient éviter de trop en dire.

Le meilleur moyen de garder un bon contact avec son adolescent consiste à lui offrir une relation VIVANTE en limitant et gérant les messages-poisons (critiques, disqualifications, ordres,....) et en lui donnant beaucoup de messages-positifs (encouragements, appréciations, demandes polies, ...)

 

COMMENT COMMUNIQUER AVEC SON ADO ?

Le parent doit exprimer ses sentiments en disant « je » et doit refléter les sentiments de son ado de façon empathique. Le reflet de la pensée suivi d’une affirmation aide à contrer la résistance des adolescents et à préserver la crédibilité parentale.

Voici comment procéder :
1- Résumez calmement ce que l’adolescent a dit (confirmation);
2- Décrivez le sentiment ou le désir que vous avez perçu (reflet);
3- Utilisez le mot « et » plutôt que « mais » pour montrer que les besoins de votre enfant et les vôtres peuvent coexister;
4- Exprimez votre demande (message-je) par une brève déclaration (prendre position).


 

LA CRISE D'ADO EST ELLE OBLIGATOIRE

 

Bien sûr que non ! La crise n'est pas un passage obligatoire.

Il arrive fréquement que cette adolescence soit vécue sans passer par des crises de violence.
Certains ados s'affirmeront naturellement surtout s'ils ont été éduqués dans un climat familial respectueux et non violent.
On ne parle d' une adolescence "difficile"que s'il y a des oppositions très importantes et des violences réelles.
L'adolescence est problématique dès lors que l'enfant s'enferme dans un comportement qui, d'une manière ou d'une autre, lui fait du mal.

Selon Thomas Gordon, psychologue  : « Les enfants ne respectent pas l’autorité fondée sur le pouvoir ». Par conséquent, ils auront tendance à se dérober à la domination de l’autre et à tenter de la contourner de toutes les façons possibles (ainsi, un adolescent à qui l’on a vigoureusement interdit de sortir le soir risque de s’enfuir en douce par la fenêtre de sa chambre…).

La révolte, le repli sur soi, l’impolitesse, l’agressivité, la perte de confiance en soi, entre autres, sont des façons pour l’enfant de réagir à l’autorité fondée sur le pouvoir. « Pourquoi voudrait-on employer le pouvoir si on obtient des comportements comme ceux-ci? », écrit Gordon. Po ur le psychologue, les parents doivent enseigner et non contrôler, influencer et non dominer, promouvoir l’autodiscipline plutôt qu’une discipline imposée. Plus facile à dire qu’à faire.

×